Venez

"sucer le miel au creux des pierres" 

LA LUCARNE DES ÉCRIVAINS

Librairie

115 rue de l'Ourcq - 75019 Paris (M° Crimée - 01 40 05 91 29 - lalucarne@alicepro.fr)

 

© C-F Jaherson

 

John Gelder

Sucer le miel au creux des pierres

(éd. Desnel)

 

ISBN : (13) 978-2-915247-11-4 - juin - 2007 - 196 pages - 18 euros

 

Exorcisme aux résonances multiples et prophétiques où dominent des personnages troublants, se croisent gisants et thuriféraires du roman. L'auteur ne délivre aucune dérogation complaisante aux pseudo-naïfs. Les événements qui parsèment ce récit initiatique insolite et dense se déroulent dans la moiteur subtropicale, entre jungle et cité, à la frontière de l'Amazonie.

Dans un ranch-phalanstère à proximité duquel passe la Horde, foule juvénile et résiduelle d'une ère atomisée, des initiateurs attirent leurs candidats, les auditionnent, scrutant coeurs et reins. Jugé à l'aune de la qualité de sa parole, le postulant est admis, intronisé, ou renvoyé.

Reconnaissons d'abord que le sacré et le désir communautaire ont fait leur nid dans ce florilège de paraboles étonnantes, tendres, cruelles, charnelles. La forme fragmentaire de cette épopée - construit sur les déchets humains de la philosophie, de l'ethnologie et de la littérature - épouse parfaitement son objet ; des bribes de textes terrifiants et autonomes, rituelles et autres variations réalistes ou surréalisantes échappées de bibles maléfiques, mêlent le caprice criminel des politiques et des savants, catapultant le charnel et l'onirique dans le verbe, créant un secouement du cerveau.

Ce Babel - où restent également les vaches à traire, la crème à baratter, le bois à remiser, les planches à clouer, toute forme à parfaire, offre en viatique aux aveugles qui errons numérisés, domestiqués, de par le monde, un distillat érudit qui nous livre à la force et la richesse de ce texte.

Commentant les oeuvres précédentes de l'auteur, Jérôme Garcin insistait déjà sur sa « ...façon princière, oui, de glisser au fond de la misère humaine... » (Le Voyageur solitaire est le diable) avec « ce style supérieur et glacial, cette langue impeccablement muselée, ce ton cyniquement élégant... Du grand art destructeur, "par-delà le bien et le mal" ! » (L'Esprit des rats).

John Gelder, auteur de plusieurs romans, est aussi éditeur. De 1976 à 1981 il anima les éditions PAUL VERMONT et plus récemment les éditions Parc, qui virent le jour en 1995 avec la publication d'un collectif majeur, Objet perdu (Idées-Images-Fictions). Il collabora à plusieurs revues telles que le Bulletin critique du livre français, la Revue d'esthétique, L'Aventure Humaine, L'Infini...

 

© Desnel   

Extraits de lecture :

"Il y a quelque chose de grandiose dans cet ouvrage. La lecture à laquelle nous sommes conviés n'est absolument pas un simple générique médicamentaire livré aux agélastes ainsi nommés par Rabelais parce-qu'ils ne savaient pas rire et redoutaient tant ses saillies féroces déjà distanciées avant la lettre." Alexandre Cadet-Petit (la suite de l'article).


"Je ne sais pas si les légendes poussent comme des champignons, ou bien les champignons se liquéfient en légendes, transformés sous l'empire de Tchernobyl en humains grimaçants, rescapés de quelque lecture postnucléaire. Ce livre est du même ordre, la forme épouse parfaitement son objet, des bribes de textes terrifiants et autonomes échappés de bibles maléfiques ou maléficieuses, mêlant le caprice criminel des politiques et des savants, âges ou sexes, catapultant la chair dans le verbe, râclant les phrases crayeuses, effritant l'esthétique, effroyablement effrayantes parce que terriblement humanistes, car cette Babel se construit sur les déchets humains de la philosophie, de l'ethnologie et de la littérature, créant un secouement du cerveau, une implosion de ceux qui vous combattent par l'incompréhension, le ricanement ou le mépris." (Armel Louis)

E. Georg estime, quant à lui, que :Sucer le miel au creux des pierres, résonne comme une provocation, l'écriture agit comme des suggestions sur les muscles et les sens, on cherche ici une élitiste identification à d'autres âmes par tous les moyens d'excitabilité physiologique de la suggestion. Le "club d'âmes supérieures" de Nietzsche, les "médecins de l'âme" qu'évoque Freud (dans L'Avenir d'une illusion, cité en préambule de ce livre puissant) , passent par ces rites d'induction psychomotrice, ces explorations oniriques, paraboliques, cruelles jusqu'au cannibalisme rituel ; rites limites donc, mais qui sommeillent dans le monde de nos désirs refoulés... Sucer le miel (avec ou sans fellation) c'est chercher, quêter, fouiller pour exhumer, inciter ou provoquer le peu de OUI qui reste quand tous les NON ont été épuisés..."

 
 

éditions Desnel


 Lectures : - Sucer le miel au creux des pierres par Alexandre Cadet Petit

                   - Interview ; Cadet-Petit

                    - Facettes du désastre par Michel Heimonet :  La force de l'attente

                    - D. Noguez : Préface

Retour page Accueil