DANSE VIENNOISE

 par Kevin Carensac


            
          Et quand plus aucune chanson ne te revient, que tu pourras choisir l’objet de ta pensée,
pense à moi.

          Ne pense pas au bonheur, désormais au passé.
          Ne pense pas à la guerre, qu’on ne mène pas seul.

                  Choisis mes longs poèmes écrits durant des heures
                  De travail à sculpter les parois duveteuses
                  D’un abri qui convienne aux noires profondeurs
                  Où se sera nichée ta pensée caverneuse

          Attends-moi là !
          Bientôt j’aurai atteint le rien
          Car les lieux disparaissent vite derrière moi
          Je les dépasse, comme tout.     

       

          ALORS J’EMPRUNTERAI LES ALLÉES DU STADTPARK, SANS REGRETTER LE FASTE
DES TROTTOIRS !


                  Tous trottaient, pleins d’entrain au centre de la ville
                  Anonyme, m’y trouvant ils me crurent l’un des leurs
                  Sous les ruines des tours, dans des jardins sans grilles
                  Cette gavotte pour échapper à la leur.
 
       
            GAVOTTE


                  Leurs vieux planchers troués par de fiers escarpins
                  Les hauts couloirs hantés par leurs masses dansantes
                  Descendant, promenant dans la ville leur satin
                  De couleur sur des robes antiques éclatantes. 


           VOLTE

                  Menant sans retenue tout leur monde à la ronde
                  Bien du soleil coula d’ici que des kiosques
                  Ils quittent les estrades et désertent les stands
                  Ivres du vent chantant des bourrasques baroques.



           LAISSE-MOI PASSER, PETIT
           Le jeune homme est avec moi
   
                   Une bibliothèque où tout tremble et tout gronde
                   Sous des porches gothiques prépare ses étudiants
                   Au ballet infernal des bestioles immondes
                   Parmi elles s’affrontent, immobiles, deux titans.    



           BALLET

                  Au zénith de leur force, dans le sable de l’arène
 
                  La racaille s’agrippe, la charogne se gifle
                  À l’issue du combat, en un froissement d'ailes
                  Sous des traits de corbeaux, les dieux prennent la fuite.



            PANTOMIME
        
                     Tout ici, les palais les places les trolleys

                     Danse sur toi une méchante comédie
                     Tu n’aurais, fuyant leur farandole enragée
                     Qu’à me suivre à travers leurs ruelles assombries.

     
              Viens !
              Si c’est mon ombre que tu attrapes, laisse-la dormir
              Et viens !
              Bientôt nous ne coucherons plus sous les mêmes ponts !  
              Car il faut bien que la nuit tombe sur ma danse
              Qu’elle me laisse là, complètement inerte
              Et impotent comme une masse, dont le vent même, le vent des bosquets, ne voudras plus irriguer
les artères.

             Tu ris ?
              Le vieil homme empaillera mon cadavre,
              Lui ayant fait les libations,  
              Et s’en servira comme présentoir à papier.

 

                                                                                                                                                                                              Kevin Carensac ©


 Retour Textes On-Line        

Retour accueil